N° 27, second semestre 2021

Nouvelle gestion publique, gestion de la pénurie

Dès les années 1960, les dépenses des administrations publiques sont soumises à une « nouvelle gestion publique». Ce cadre de pensée entend s’inspirer du privé. Il postule que les grandes entreprises, parce qu’elles sont confrontées au marché et à la recherche du profit, ont développé des modalités d’organisation et d’allocation des ressources efficaces qui permettent d’optimiser les dépenses. La gestion des budgets des administrations publiques fait ainsi l’objet de nouveaux types de calculs micro-économiques, tels que la rationalisation des choix budgétaires ou les programmes finalisés du plan. Le présent dossier de la Revue française de socio-économie vient approfondir les connaissances sur ce courant de pensée. Il réunit des recherches qui étudient l’organisation du travail dans les services publics et qui montrent comment ce sont les politiques gestionnaires elles-mêmes qui ont créé la rareté des ressources publiques. Les contributions mettent donc l’accent plus particulièrement sur les liens entre réformes du secteur public et pratiques de gestion de ressources rares. Elles soulignent que les transformations de l’appareil d’État ont participé à l’émergence de savoirs économiques et budgétaires ajustés à un contexte non-marchand et rappellent que ce sont bien des pratiques gestionnaires assurées par des professionnels qui ont donné corps à ces options doctrinales.